Sélectionner une page

DIOBO

Maciej Marek Musialik

DIOBO

1982 – 2021

 

Une sphère magique m’intéresse particulièrement et je pense même plus que toutes les autres, c’est celle que l’on pratique dans la rue. Non pas la « street magic » comme certains pourraient la considérer à vadrouiller par-ci, par-là et étonner les passants avec le dernier tour de cartes à la mode. Non je parle de celle réalisée par les buskers (nom anglo-saxon désignant une personne qui performe dans la rue devant un public dans le but de gagner sa vie en faisant « passer le chapeau »). On retrouvera certains mentors de cet art magique urbain dans des noms connus comme Cellini, Gazzo, Kozmo, Jimmy Talks a Lot ou encore Sunny Holyday. Bref une communauté à part avec ses mythes et ses légendes.

L’une d’elle a disparu trop vite, telle une étoile filante. Elle s’appelait DIOBO. Je me dois aujourd’hui de vous faire découvrir ce magicien que je trouve hélas trop peu connu en France.

DIOBO, de son vrai nom Maciej Marek Musialik, était un magicien de rue Polonais. Il a été l’élève de Jimmy Talks a Lot. Ce dernier le considérait comme un génie qui avait le don de la rue. L’apparence de DIOBO était celle d’un homme mystique mis en valeur par sa belle gueule et son gilet noir à capuchon médiéval (la classe quoi !). Sa magie mettait en scène de petits animaux, tels que des souris et même des mouches ! Il présentait sa magie sans quasiment aucun boniment. Bien que peu avant sa mort il aimait performer à Londres, il a présenté sa magie dans divers pays d’Europe, d’Asie et d’Afrique. J’ai retrouvé dans un article pourquoi il avait choisi le pseudonyme de DIOBO :

 

Quand j’étais en Egypte, sous les pyramides, les jeunes vendeurs insistaient pour offrir aux touristes divers souvenirs. Moi aussi. Ensuite, j’ai ramassé un morceau de papier sur le sol, je l’ai transformé en livres égyptiennes et je les ai échangés contre un sphinx. J’ai montré quelques autres tours de magie, et en un instant une grande foule de spectateurs s’est rassemblée autour de moi. Au bout d’un certain temps, un vieil homme en sortit et écrivit « Diobo » sur le sol avec un bâton, disant que cet endroit au Congo, d’où il vient, signifie la terre du roi, et qu’un jour je devrais y aller. J’ai tellement aimé le mot que j’ai commencé à l’utiliser comme surnom.

Maciej Marek Musialik

Interview de Piotr Gulbicki, Tydzien Polski

 

Je me souviens l’avoir découvert par hasard sur la toile et ce fut une grosse claque ! Je te laisse apprécier la qualité de sa magie dans la vidéo suivante :

 

 

Un acte des plus magiques à regarder n’est-ce pas ?

Décomposons sa performance :

  • 00:00 – 00:43 : Diobo fume une cigarette. Il la fait danser dans les airs. Il la pose au sol, elle danse et s’envole de nouveau jusqu’à sa bouche (Fearson floating cigarette).
  • 00:44 – 01:14 : Diobo jette sa cigarette et s’approche d’une pièce de monnaie qui repose sur le sol. Il la prend et la fait rouler entre ses doigts. Il hésite à la mettre dans sa poche pour tout compte fait la jeter en l’air. La pièce tombe au sol. Diobo s’approche, s’accroupi, approche les mains de la pièce pour qu’elles la recouvre. La pièce se transforme en souris.
  • 01:15 – 02:29 : Diobo prend une petite caisse en bois, y dépose la souris et présente l’ensemble aux spectateurs. Il dépose ensuite la caisse au sol sur un de ses plus longs côtés, reprend la souris et la dépose sur l’autre côté. Diobo s’accroupit, cache la souris de ses mains et semble la prendre en la cachant dans celles-ci. Diobo se lève et présente ses mains à une spectatrice et lui demande de souffler dessus. Diobo ouvre ses mains, la souris a disparu !
  • 02:30 – 02:50 : Diobo indique à une autre spectatrice que la souris est dans son sac … c’est une blague !
  • 02:51 – 03:05 : Diobo ramasse la cigarette précédemment jetée par terre et la fait disparaitre dans son poing.
  • 03:06 – 04:02 : Diobo prend un mouchoir en papier dans son pouch. Il le donne à un enfant du public et lui demande de déchirer le mouchoir en plusieurs morceaux qu’il jette par terre. Diobo ramasse un des morceaux, le plie entre ses doigts, souffle dessus et le transforme en billet de banque.
  • 04:03 – 04:33 : Diobo se propose de donner son billet de banque à une spectatrice, c’est un stratagème pour qu’elle participe au spectacle. Une fois que celle-ci tend la main pour prendre le billet, il lui saisit sa main en retour tout en rangeant le billet et lui demande de venir au centre du cercle.
  • 04:34 – 05:26 : Diobo allume une autre cigarette, s’accroupit devant la spectatrice et fais un puit au centre du tee-shirt de cette dernière. Diobo insère la cigarette allumée dans le puit ainsi formé, miracle ! La cigarette à disparue.
  • 05:27 – 06:17 : Diobo présente deux verres au public. Un des verres est un verre à vin apparemment vide qu’il demande à la spectatrice de tenir. L’autre verre est rempli d’eau. Diobo le tient et laisse couler l’eau au sol. Il range le verre. Il ramasse les quelques morceaux de mouchoir en papier précédemment jeter par terre. Il les trempe dans la flaque d’ eau sur le sol et en fait une boulette toute mouillée qu’il laisse par terre.
  • 06:18 – 07:15 : Interlude : Diobo prend un micro et se présente lui et son spectacle. Il indique espérer que le public a aimé sa magie et il se propose de lui faire son grand final qu’il a apprit il y a plusieurs années en Inde et qu’il lui a fallu 20 mois pour apprendre à le réaliser. Il indique qu’une fois ce tour de magie réalisé, le public sera émerveillé. Il propose ensuite au public de « faire passer le chapeau » et indique qu’il serait très heureux si le public mettait un peu d’argent dedans.
  • 07:16 – 08:22 : Diobo ramasse la boulette mouillée par terre, en fait des boulettes plus petites qu’il jette une nouvelle fois au sol. Il s’ accroupit et reprend une de ces boulettes au sol qu’il essore. Il reprend le verre à vin que la spectatrice tenait et insère dedans la boulette en papier essorée. Il demande à la spectatrice de tendre sa main et fait bouger le verre devant les yeux de celle-ci. La boulette se transforme à vue en oeuf ! Il propose de déposer cet oeuf dans le creux de la main de la spectatrice en le versant dans sa paume. Elle se prépare à le recevoir mais Diobo fait machine arrière. Il prend lui même l’oeuf dans le verre et dépose ensuite le verre de vin à l’envers sur la paume de la spectatrice. Il casse l’oeuf sur le pied du verre qui sert alors de plateforme pour recevoir ce qu’il y avait dans l’oeuf : la petite souris blanche disparue plutôt !
  • Fin du show, applaudissement et passage du chapeau !

A peine dix minutes du pure magie, construite avec excellence. Il n’y a pas à dire, un grand magicien nous a quitté trop tôt. Merci à toi DIOBO pour tout ce que tu m’inspires. Il m’en faudra du travail pour ne serait-ce qu’arriver à ta cheville.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *